Dans l’article précédent, il a été question de la simonie vue sous l’angle du culte et du commerce des reliques. Ce présent article parlera du même sujet mais vu à travers le commerce des indulgences du pape. Il donnera l’occasion de dire ce que sont les indulgences, ensuite voir le contenu de ces indulgences avant de se prononcer sur cet autre commerce exercé en plein temple dont la dangerosité est avérée.

Vers la fin de son ministère terrestre Ieshoua monta à Jérusalem avec ses disciples pour y vivre sa passion. Après une entrée triomphale qui eût le mérite d’émouvoir les habitants de cette ville il fit un détour au temple. C’est alors qu’il se rendit compte que celui-ci était devenu un véritable marché où des commerçants de tout poil vendaient et achetaient. Dans un accès de colère, il se mit renverser les tables des changeurs et les sièges des vendeurs de pigeons puis déclara : « Il est écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière .Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. » (Matthieu 21/13).

L’Église catholique affirme que Pierre  fut le premier Pape entre 64 et 67 de notre ère à Rome. Cette affirmation a des implications immédiates. Parmi ces implications, Pierre fait visage de traitre, d’infidèle. Aujourd’hui, on est tenté d’inviter l’Église catholique à répondre si Oui elle cautionne les implications logiques liées à cette affirmation  ou si elle voudra bien se rétracter. Une mise au point est nécessaire de sa part.

Quand Hashem mandate quelqu’un, il se révèle à lui premièrement. Ce fut les cas d’Abraham, de Jacob, de Moshé. L’Adôn Iéshoua lui-même le fit avec ses limmoudim : « et vous, qui dites-vous que je suis ? » (Matthieu 16/13). Ainsi, celui qui sert Hashem le connait et il est connu de lui. 

Ieshoua HaMashiah a dit : « … je bâtirai ma Kéhilah(1), et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle » (Matyah(2) 16/18).

Par cette déclaration, l’Adôn ouvre un pan de voile sur sa mission terrestre : il dit être venu bâtir une Kéhilah. L’Église catholique romaine affirme être cette Kéhilah. Cet article vise à démontrer que l’Église Catholique romaine est dans l’imposture. Nous allons prouver cette imposture par la comparaison de sa profession de foi et de celle de Mashiah.