Quand Hashem mandate quelqu’un, il se révèle à lui premièrement. Ce fut les cas d’Abraham, de Jacob, de Moshé. L’Adôn Iéshoua lui-même le fit avec ses limmoudim : « et vous, qui dites-vous que je suis ? » (Matthieu 16/13). Ainsi, celui qui sert Hashem le connait et il est connu de lui. 

Faux prophète, loup recouvert de peau de brebis

De nos jours, l’un des versets les plus utilisés par les églises  comme bouclier, pour protéger leurs brebis contre le détournement par d’autres églises est celui-ci :

«Iéshoua répondit : Prenez garde que vous ne soyez séduits. Car plusieurs viendront en mon nom, disant : C’est moi, et le temps approche. Ne les suivez pas. » (Luc 21/8).

Elles le renforcent par cette autre affirmation de Shaliah Shaoul (Apôtre Paul) :

« mais la Rouah (l’Esprit) dit expressément que, dans les derniers temps, quelques uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des esprits de shédim (démons), par l’hypocrisie de morim shéker (faux docteurs) portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience ... » (1 Timothée 4/1-2).

S’il est vrai qu’il y aura de faux prophètes dans les derniers temps, cependant les Ecritures ont donné des indices à partir desquels ils peuvent être identifiés. Les églises ignorent ces indices. Aussi, chacune croit que c’est l’autre qui est le fruit du faux prophète.

Cet article veut, à la lumière de la bible, montrer un indice capital permettant de reconnaître le faux prophète.

Dans le milieu chrétien, on catalogue généralement quelqu’un de faux prophète à partir des indices suivants :

Premier indice : Il ne fait pas de miracles : On justifie cela par le fait que la Bible dit : « voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les Shédim (démons) ; ils parleront de nouvelles langues ; ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris » (Luc 16/17-18).

Fondés sur ce passage, les prophètes de type nouveau et ces nombreux ministères qui pullulent nos cités, se reconnaissent par leurs prétendus prodiges, leurs prétendus miracles. Par ce biais, ils drainent du monde après eux.

Second indice : S’il annonce quelque chose, cela  ne s’accomplit pas : cela atteste qu’il n’a point parlé de la part d’Elohim.

Ces repères sont insuffisants, voire même ridicules, car voici ce que dit Hashem au sujet des miracles :

« Car plusieurs me diront en ce jour-là ; Hashem n’ai-je pas guéris des malades en ton nom ? Mais je leur dirai : retirez-vous de moi. Ouvriers d’iniquité. Je ne vous ai jamais connu » (Matthieu 7/23).

Pourquoi cela ?

Parce que tout simplement : « Ce ne sont pas ceux qui me disent seigneur, seigneur, qui entreront dans le royaume d’Elohim, mais celui là seul qui fait la volonté de mon père qui est dans les cieux ».  

Ces prophètes donc ignorent la volonté du Père qu’ils confondent avec les miracles.

Quelle est donc la volonté du Père ?

Mashiah répond : « La volonté de père c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Elohim et celui que tu as envoyé Ieshoua HaMashiah. » (Jean 17/3)

Quant à l’accomplissement de la prophétie, Elohim dit que cela n’établit pas non plus que celui dont la prophétie est accomplie est un vrai prophète, car cet accomplissement peut être un test auquel il soumet celui qui prétend l’aimer, pour évaluer son degré d’amour pour lui. Quel est donc l‘indice du faux prophète ?

Voici ce que dit Elohim :

«S’il s’élève au milieu de toi un prophète ou un songeur qui t’annonce un signe ou un prodige, et qu’il y ait accomplissement du signe ou du prodige  dont il a parlé en disant : allons après d’autres Elohim, des Elohim que tu ne connais point, et servons-les ! Tu n’écouteras pas les paroles de ce prophète ou de ce songeur, car c’est Hashem, votre Elohim, qui vous met à l’épreuve pour savoir si vous aimez Hashem, votre Elohim de tout votre cœur et de toute votre âme … Ce prophète ou ce songeur sera puni de mort, car il a parlé de révolte contre Hashem, votre Élohim, et il a voulu te détourner de la voie dans laquelle, Hashem ton Elohim, t’a ordonné de marcher … » (Deutéronome 13).

Ainsi le faux prophète se reconnait par ceci : IL conduit les hommes à l’adoration d’un être, autre que Elohim ;  Dieu par exemple. Celui qui œuvre ainsi est un faux prophète, car il n’a pas été envoyé par le Créateur dont il ignore d’ailleurs l’identité. Et pourtant, le ministère spirituel commence par ceci : « Connais ton Elohim et sers-le d’un cœur pur ». Ieshoua HaMashiah a dit : « la vie en pérennité, c’est qu’ils te connaissent toi le seul vrai Elohim et celui que tu as envoyé, Ieshoua HaMashiah » (Jean 17/3).

Celui qui prétend avoir rencontré cet être et avoir été mandaté par lui, ne peut conduire les hommes à l’adoration de Dieu. En effet, Dieu n’est pas le créateur de l’univers. Dieu c’est l’autre nom de Satân, car il désigne le soleil qui est le signifiant, l’image de Satân. Tout serviteur de Dieu est donc serviteur de Satân et n’est donc pas prophète d’Elohim. Combien d’Eglises sont-elles donc aujourd’hui les fruits de faux prophètes ? « Spacieux est le chemin qui mène à la perdition et nombreux sont ceux (les adorateurs de Dieu) qui l’empruntent. » (Matthieu 7/13).

Ben Berakha

primi sui motori con e-max