D’Adam à Abraham, notre monde a connu deux grands drames qui ont perturbé profondément le déroulement normal du Projet du Créateur. Ces tragédies l’ont même amené à reprendre son Projet à plusieurs reprises.

Il eut d’abord le « Déluge ». En effet, au temps de Noé, l’humanité avait atteint un niveau irréversible dans la méchanceté :

« Adonaï(יהוה) vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. Adonaï(יהוה) se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur.» (Genèse 6/5-6).

La solution d’Elohim contre cette situation qui assurément allait à l’encontre de son Projet fut de tout détruire et ensuite recommencer. Pour cela, il suscite un déluge qui extermina toute vie sur Terre :

« Et Adonaï(יהוה) dit: J'exterminerai de la face de la terre l'homme que j'ai créé, depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel; car je me repens de les avoir faits » (Genèse 6/7).

« Mais Noah trouva grâce aux yeux d’Adonaï(יהוה) » (Genèse 6/8).

Élohim reprit donc son Projet avec Noé comme acteur central et donc « porteur du Projet ».

Après le Déluge, il eut la « Dispersion de Babel » liée à l’abandon du Nom du Créateur par les descendants de Noé.

En effet, les habitants de Babel parlaient tous une seule et unique langue et avaient les mêmes mots (Genèse 11/1). Sous la houlette de Nemrod, ils rejetèrent le Nom d’Adonaï(יהוה) au profit du nom d’une autre divinité :

« Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l'orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils y habitèrent. Ils se dirent l'un à l'autre: Allons! Faisons des briques, et cuisons-les au feu. Et la brique leur servit de pierre, et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent encore: Allons! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre » (Genèse 11/1-4).

« Déi » est le nom latinisé de cette entité adorée à Babel en lieu et place d’Adonaï(יהוה). « Déi » fait référence aux éléments lumineux observés dans le ciel et plus précisément au Soleil pris comme objet d’adoration (cf. Dieu, une créature élevée au rang de Créateur). Les habitants de Babel entreprirent de bâtir à « Déi » un gigantesque temple appelé la « Tour de Babel » pour l’y adorer. (Genèse 11/4). Cela déplut énormément Élohim :

« Adonaï(יהוה) descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les Benéi Adam. Et Adonaï(יהוה) dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c'est là ce qu'ils ont entrepris; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté » (Genèse 11/5-6).

Le remède d’Elohim à cette dérive qui sûrement nuisait à son Projet fut de tout démolir et ensuite refaire. Pour cela, il décida de stopper net la construction de la Tour en confondant la langue des bâtisseurs et en les dispersant sur toute la surface de la Terre :

« Allons! Descendons, et là confondons leur langue, afin qu'ils n'entendent plus la langue, les uns des autres. Et Adonaï(יהוה) les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville. C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là qu’Adonaï(יהוה) confondit la langue de toute la terre, et c'est de là qu’Adonaï(יהוה) les dispersa sur la face de toute la terre » (Genèse 11/7-9).

En se dispersant sur toute la Terre à partir de la Babylone, les humains emportèrent avec eux leurs croyances et leurs souvenirs. Ils emportèrent surtout le nom de la divinité solaire qu’ils adoraient à Babel, et cela, dans leur nouvelle langue propre.

Toute langue aujourd’hui est le fruit du jugement de Babel, et donc le produit d’une malédiction. Sa caractéristique principale est l’absence en elle du véritable Nom d’Élohim et surtout la présence de celle de son adversaire mais exprimé de façons différentes. A l’analyse, tous ces noms ramènent au « Soleil divinisé ».

Sur cette base, nous affirmons qu’aucune de nos langues ne renferme le véritable Nom du Créateur. Ainsi, Adonaï(יהוה), Élohim ne se trouvent pas exprimés dans nos langues, us et coutumes. Six siècles après la crise de Babel, Élohim vint à Abraham en vue de la naissance d’une nouvelle communauté qui aura pour sacerdoce de garder son Nom.

Au total, après le jugement de Babel, l’idolâtrie bâtie autour de « Déi » a favorisé la perte du Nom du Créateur et cette idolâtrie fut le partage de tous les peuples selon qu’il est écrit : « Veille sur ton âme, de peur que levant les yeux vers le ciel et voyant le soleil, la lune et les étoiles, toute l’armée des cieux, tu ne sois entrainé à te prosterner en leur présence et à leur rendre un culte, ce sont des choses qu’Adonaï(יהוה), ton Élohim, a données en partage à tous les peuples sous le ciel tout entier » (Deutéronome 4/19).

La divinité suprême dans le nom se trouve dans nos langues est le « Soleil divinisé » que les Latins appellent « Déi ». Le Nom propre du Créateur ne se trouve exprimé dans aucune de nos langues.

Serge DeMorier

primi sui motori con e-max