Imprimer
Affichages : 662

"Je bâtirai mon Église" ou bien "Je bâtirai mes églises"

Iéshoua HaMashiah fait deux déclarations importantes :

« Et moi je te dis que tu es Kéfa, et que sur cette pierre je bâtirai ma Kéhila (ma communauté) et que les portes du shéol (séjour des morts) ne prévaudront point contre elle » (Mat 16/18)

« Comme Ieshoua connaissait leurs pensées, il leur dit : Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister ». (Mat 12/25). 

A la lumière de ces deux déclarations, il ressort que La Kéhila (communauté) de Iéshoua HaMashiah est une et indivisible. Cette unicité transcende l’espace, les circonstances et le temps. Les Ecritures ne disent-elles pas d’ailleurs qu’ « Elohim est le même hier, aujourd’hui et éternellement » ? C’est cette loi (l’unicité et l’indivisibilité de la kéhila de Ieshoua) que nous allons appliquer sur les églises chrétiennes pour voir si elles sont oui ou non la communauté de HaMashiah décrite ci-haut. Nous le ferons à travers les points suivants :

1 - Lumière sur la Kéhila de Iéshoua HaMashiah

La Kéhila de l’Adôn Iéshoua HaMashiah est une et indivisible dans son fond (la doctrine) et dans sa forme (la structuration). En se déployant dans le temps et dans l’espace, elle a conservé cette nature ou ce caractère. C’est ainsi que les kéhilot des villes différentes, d’Ephèse, de Philadelphie, de Corinthe, de Thessalonique, etc. avaient la même structuration, les mêmes enseignements des shlihim et des prophètes, la même foi et la même espérance. L’exemple de Shaliah (apôtre) Shaoul (Paul) illustre bien ce caractère unique et indivisible de la Kéhila de Mashiah.

Ce grand serviteur, malgré sa conversion miraculeuse, ne s’est pas proclamé chef d’une nouvelle Kéhila, mais est monté à Iéroushalaïm présenter sa doctrine aux premiers shlihim de Ieshoua avant de démarrer son œuvre envers les Goyim. En le faisant, il voulait éviter de porter atteinte à l’unicité de la Kéhila de Ieshoua HaMashiah. Voici ce qu’il dit :

« … et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai la Bessorah (évangile) que je prêche parmi les goyim (païens). Je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés afin de ne pas courir ou avoir couru en vain….au contraire, voyant que la Bessorah m’avait été confiée pour les incirconcis, comme à Kéfa pour les circoncis, car celui qui a fait de Kéfa le Shaliah (apôtre) des circoncis , a aussi fait de moi le Shaliah des goyim, et ayant reconnu la grâce qui m’a été accordé, I’acoov, Kéfa et Iohanân qui sont regardés comme des colonnes , me donnèrent à moi et à Barnabbas la main d’association, afin que nous allassions nous, vers les Goyim et eux vers les circoncis ».(Galates 2/2, 7-9)

Elohim étant le même hier, aujourd’hui et éternellement, les Eglises chrétiennes qui ont rempli notre monde, sont elles identiques à celles que les Shlihim ont bâties ? Cela nous introduit dans notre second point.

2 - Lumière sur les églises chrétiennes.

Présentant les caractéristiques de la Kéhila de Ieshoua HaMashiah, Shaoul dit :

« il y a un seul corps, une seule Rouah (esprit) un seul Adôn, une seule tébilah (baptême), un seul Elohim qui est Père de tous, qui est au dessus de tous et parmi tous et en tous » (Eph 4/4-6).

Les églises chrétiennes répondent-elles à cette caractéristique ? Evidemment non ! Combien de groupuscules différents les uns des autres n’avons-nous pas aujourd’hui dans le monde ? Catholique, Protestants, Témoins de Jéhovah, Adventistes, pentecôtistes, Assemblée de Dieu, Méthodistes, Baptiste, Christianisme céleste, Harrisme, etc.

Ces communautés sont toutes différentes les unes des autres, tant dans leur doctrine que dans leur organisation. Avec un tel état, que pouvons-nous déduire des églises chrétiennes ?

3 - Le jugement des deux lumières

En croisant les deux communautés (la Kéhila de Ieshoua HaMashiah et les églises chrétiennes), nous découvrons que la Kéhila est totalement différente des églises chrétiennes. Celles-ci ne sont pas la kéhila de Ieshoua HaMashiah, car pendant que la Kéhila de Iéshoua est une et indivisible, les églises sont multiples et divisibles. Elles se particularisent par des noms, par des pratiques, par des enseignements, qui les diffèrent les unes des autres. Ainsi, les églises chrétiennes confessent elles-mêmes qu’elles ne sont pas la kéhila que Ieshoua est venu bâtir.

Elles renferment des hommes et des femmes qu’Elohim ne connait pas. En effet, tous ceux qui appartiennent à la Kéhila de Ieshoua ont comme enseignement minimum la connaissance du véritable Créateur et de son Mashiah, selon qu’il est écrit : « or la vie en pérennité, c’est qu’il te connaisse toi le seul vrai Elohim et celui que tu as envoyé, Ieshoua HaMashiah » (Jean 17/3).

Iéshoua lui-même fait de cette connaissance le préalable à lever pour être membre de sa Kéhila et être connu du Père : « Qui dites-vous que je suis ?....tu es heureux, shimôn, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux. » (Mat 16/13-16)

Les églises chrétiennes sont donc le filet dans lequel certaines personnes honnêtes sont maintenues. Elles ont besoin de faire la juste lecture afin d’en sortir pour la kéhila de Iéshoua HaMashiah..

Aquilas Ben Elohim

primi sui motori con e-max