La polygamie renferme la polygynie et la polyandrie. La polygynie se définit comme étant une relation conjugale où un homme est marié à plusieurs femmes. Selon la Bible, Abraham et Jacob ont été polygames. La polygynie quoique mentionnée dans la bible, est de nos jours considérée par beaucoup de croyants, qui reconnaissent pourtant l’autorité de la bible, comme une pratique à prohiber.

 

Ainsi, que ce soit dans l’ancienne alliance comme dans la nouvelle, la Bible, de leur point de vue,  interdit la polygynie et celui qui se livre à une telle pratique se pose en transgresseur de la loi. Cette conception, reflète-t-elle la pensée biblique en matière de mariage ? Cet article s’assigne pour objectif de démontrer que la polygynie a bel et bien un fondement scripturaire et n’est nullement une pratique proscrite par le Créateur.

I - Les cas de polygynie dans l’ancienne Alliance

Dans l’ancienne alliance, les exemples de foyers polygames sont légions. A aucun moment toutefois, on n’a observé une quelconque condamnation ni une quelconque sanction à l’encontre de ces foyers. Bien au contraire, il a continué à les utiliser à son service. En plus, c’est Elohim lui-même qui a instauré le lévirat dont une des conséquences a été l’introduction de la polygynie.   

1) Le lévirat

Le lévirat c’est la loi qui fait obligation à un homme d’épouser la veuve de son frère décédé. Cette loi stipule ce qui suit : 

« Lorsque des frères demeureront ensemble, et que l’un d’eux mourra sans laisser de fils, la femme du défunt ne se mariera point au dehors avec un étranger, mais son beau- frère ira vers elle, la prendra pour  femme, et l’épousera comme beau-frère. Le premier -né qu’elle enfantera succédera au frère mort et portera son nom, afin que ce nom ne soit pas effacé d’Israël. Si cet homme ne veut pas prendre sa belle- sœur, elle montera à la porte vers les anciens, et dira : mon beau-frère refuse de relever en Israël  le nom de son frère, il ne veut pas m’épouser par droit de beau-frère. Les anciens de la ville l’appelleront, et lui parleront. S’il persiste, et dit : je ne veux pas la prendre, alors sa belle-sœur s’approchera de lui en présence des anciens, lui ôtera son soulier du pied, et lui crachera au visage. Et prenant la parole, elle dira : ainsi sera fait à l’homme qui ne relève pas la maison de son frère. Et sa maison sera appelée en Israël la maison du déchaussé » (Deutéronome 25/5-10).

Cette législation ouvre la voie à la polygynie car si le beau-frère est déjà marié, en épousant sa belle- sœur, il devient automatiquement polygame. Elohim ignorait-il la survenue d’une telle éventualité au moment où il légiférait ? Loin de là, l’omniscient sait tout par avance et ne saurait poser d’actes manqués ni d’actes gratuits. En outre on trouve dans l’Ancienne Alliance une règlementation qui en dit long sur la position d’Elohim par rapport à cette pratique. La Bible, en effet déclare : 

« Si un homme, qui a deux femmes, aime l’une et n’aime pas l’autre, et s’il en a des fils dont le premier-né soit de la femme qu’il n’aime pas, il ne pourra point, quand il partagera son bien entre ses fils, reconnaitre comme premier-né le fils de celle qu’il aime, à la place du fils de celle qu’il n’aime pas, et qui est le premier-né. Mais il reconnaitra pour premier-né le fils de celle qu’il n’aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double ; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d’ainesse lui appartient. » (Deutéronome 21/15-17).

Elohim ne peut réglementer une chose qu’il hait une chose qu’il n’a pas instituée.

2) Des patriarches étaient polygames

Moïse était polygame et fut pour Elohim un serviteur de grande valeur, Abraham était aussi polygame et c’est par sa postérité que toutes les nations de la terre ont part à la bénédiction, Jacob polygame, est le père des douze tribus d’Israël. Que dire de David avec ses 500 femmes et concubines, de Salomon avec ses 1000. A aucun moment la bible ne nous a fait mention d’une quelconque plainte ni sanction de la part d’Adonaï pour raison de polygynie. De David, il est allé jusqu’à le déclarer un homme selon son cœur. Des prophètes naquirent de familles polygames Mashiah n’est-il pas Fils de David ? Comme on le voit dans l’ancienne Alliance, la polygynie est autorisée et même règlementée, qu’en est-il de la nouvelle alliance ?

II - La polygynie dans le meshihisme

Dans les milieux chrétiens, il existe aujourd’hui deux faux problèmes qui sont le célibat de l’Evêque et la monogamie du Fidèle. Le Meshihisme ne connaît pas ces problèmes car la Bible dont il reconnaît l’autorité a tout codifié et seul l’Evêque est monogame tandis que le Fidèle a le choix.

1) La monogamie de l’Évêque

L’Évêque est astreint à contracter un mariage monogamique et ne peut par conséquent être ni célibataire ni polygame selon qu’il est écrit :

« Cette parole est certaine : si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une œuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de la Kehila d’Elohim. » (1 Timothée 3/1-5).

A la lumière du passage ci-dessus, l’Evêque doit être mari d’une seule femme et avoir beaucoup d’autres qualités qui sont de nature à le rendre apte à diriger sa propre famille et au-delà la Kehila d’Elohim. Comment donc un Evêque célibataire peut-il donner la preuve qu’il dirige bien sa famille et qu’il tient ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté ?  On le voit donc, le célibat de l’Evêque est une hérésie et ne tire pas son origine de la Bible.

2) Le régime matrimonial du fidèle

Si l’Evêque est contraint de rester monogame, qu’en est-il du Fidèle ? La réponse à cette question se trouve dans la règlementation du mariage de l’Evêque qui dispose que l’Evêque soit « mari d’une seule femme » en effet quel sens aurait cette instruction de Shaoul (Paul) si tous les membres de la communauté étaient monogames ? Quand la constitution ivoirienne dispose en son article 55 que pour être président de la République il faut être exclusivement de nationalité ivoirienne, cela signifie que dans la communauté il existe des citoyens d’autres nationalités qui ne peuvent postuler pour la fonction présidentielle. C’est sur la base du même principe que Shaoul(Paul) a donné ces instructions à Timothée et à Tite par rapport au choix des Evêques de leurs localités. Ainsi on comprend que le simple Fidèle n’a pas obligation à être monogame, il peut être polygame s’il le désire, seulement cette qualité le disqualifie pour l’exercice de la charge d’Evêque ou de Diacre.

L’Ancienne et la Nouvelle Alliance rendent  compte de l’existence de mariages polygamiques en sein de la communauté des Croyants de tous les temps. La monogamie du Croyant est un faux problème, c’est une prescription tirée de la Civilisation occidentale et non du Judaïsme ou du Meshihisme son introduction dans le Christianisme Catholique est le fait de faux docteurs selon qu’il est écrit : 

« Mais l’esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques- uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments qu’Elohim a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité » (1 Timothée 4/1-4).

Du reste, dans le Meshihisme le Croyant est totalement libéré du péché et est une nouvelle créature. Mashiah déclarait : « Celui qui écoute ma parole et qui croit en celui qui m’a envoyé,  a la vie éternelle et ne vient point en jugement mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5/24). Ce n’est donc pas ce qu’il fait, dit, mange ou boit qui enlèverait quelque chose à sa qualité d’immortel.

Le Scribe

 

primi sui motori con e-max