De l’Église à la Kéhila

Dans l’article précédent (cf. La restauration de l’Eglise, une loi de la vie (1)), nous avons présenté la ruine de la Kéhila, et en même temps donné l’espoir d’une restauration car il est établi que du pourrissement germe la vie chez Elohim et les êtres vivants. Dans ce présent article, nous allons parler de la restauration de cette Kéhila dégradée appelée Eglise. Ce rétablissement est une promesse d’Elohim (Actes 3/19-21). Dans sa réalisation, il suit un processus ayant des étapes à l’image du développement d’une plante. Iéshoua HaMashiah parlant de ce sujet a dit : 

Beaucoup de chrétiens affirment, de nos jours, que le don de parler en langues est la première preuve qui permet de savoir qu’une personne a reçu le Saint-Esprit. Fort de cette conception, nombreux croyants s’affligent à la pensée qu’ils ne sont pas remplis de l’Esprit Saint parce qu’ils n’ont pas eu cette expérience. Pour résoudre ce problème, ces personnes apprennent à parler en langues en suivant les conseils de « spécialistes en la matière » tels que Allan Rich (dont les vidéos sont diffusées sur internet) et bien d’autres qui sauraient comment parler en langues. Cette pratique n’est pas d’Élohim et c’est ce que cet article vise à montrer.

Les hérésies des témoins de Jéhovah sont nombreuses. Le sujet sera traité à travers une série d’articles dont voici le premier : La transfusion sanguine.

Il sera démontré que la conception des témoins de Jéhovah de la transfusion sanguine est une croyance mortelle. Aussi partirons-nous d’abord de la loi qui fonde cette hérésie, ensuite de la volonté d’Elohim qui tient à la vie et enfin, nous lancerons un appel à l’endroit des fidèles Jéhovistes.

La loi de la restauration et la ruine de la Kéhila

Le projet de Satân est un projet global d’imposture, nous dit Esaïe 14/13-14. Depuis le Ciel, il a affiché son ambition d’être semblable au Très-Haut. Pour arriver à sa fin, Satân s’introduit dans les sphères de puissance et d’adoration pour se faire adorer. Il est même écrit qu’il ira s’asseoir dans le Temple de Jérusalem pour exiger son adoration (2 Thessaloniciens 2/3-4).

Le baptême des enfants est une pratique répandue dans l’église Catholique et aussi dans les églises réformées et luthérienne, appelées aussi pédobaptistes. A ce sujet, voici ce que dit Saint Hippolyte, un des pères du Catholicisme, dans son livre Tradition apostolique : « On baptisera d'abord les enfants. Tous ceux qui peuvent parler par eux-mêmes parleront. Quant à ceux qui ne le peuvent pas, leurs parents parleront pour eux, ou quelqu'un de leur famille ; on baptisera ensuite les hommes et enfin les femmes ».