Imprimer
Affichages : 1263

Dans la mission d’éclairage du ministère d’Ewald Frank, ce présent article continue la lumière sur les lacunes doctrinales de Frank.

Après avoir montré dans l’article précédent l’ignorance de Frank au sujet de la nouvelle naissance, cet article va traiter de l’ignorance de Frank au sujet de la piété. Il va graviter autour de trois points :

1. Frank et la piété

Examinant les prophéties bibliques relatives à la fin de l’histoire de l’Eglise, Frank constate qu’elles s’accomplissent aujourd’hui. Voici ce qu’il en dit :

« Lorsque nous regardons aux signes des temps, comme par exemple au pénible processus de paix entre Israël d’une part et l’OLP et les pays arabes voisins d’autre part, ainsi qu’à l’avènement de son non moindre importance : Israël s’agenouillant devant le pape pour demander que le Vatican reconnaisse politiquement l’Etat d’Israël, nous remarquons alors qu’il est aujourd’hui grand temps d’entreprendre sérieusement notre préparation… La conclusion de l’alliance entre l’Etat d’Israël et l’Etat du Vatican (Dan 9/27), arrive à peu près dans le temps où l’Eglise épouse des nations est enlevée » (Lettre circulaire N°41, page 2).

A l’opposé de ce constat, Frank voit que l’Eglise du Seigneur est dans un état lamentable :

« Que dirait frère Branham aujourd’hui ? Ceux qui se réclament de lui se trouvent dans un état pire que celui de tous les autres. Jamais dans l’histoire de l’Eglise un tel chaos n’a eu lieu à la suite d’un réveil » (Lettre circulaire N°41 page 4).

Frank décide alors de préparer l’épouse à l’enlèvement. Pour cela, il va inviter chacun à la pratique d’une vie pieuse :

« Déjà ici nous sommes sauvés en Dieu par sa grâce, nous demeurons dans la parole et prouvons notre foi par la piété. Les élus sont caractérisés dans la pratique par une marche en accord avec la parole de Dieu et une manière pieuse de vivre ».

Pour expliquer cette manière pieuse de vivre, Frank utilise des textes forts pour orienter le croyant dans ce sens :

« Dans différents épitres, Paul se rapporte à tout ce qui souille l’homme, comme par exemple dans Romains 1/29-32… Dans Galates 5, depuis le verset 19… » (Lettre circulaire N°41 page 6).

De l’analyse de ces textes, Frank déduit ceci :

« Dans Galates 5, depuis le verset 19, l’apôtre décrit les deux sphères de l’être humain : celle de la marche dans l’esprit et celle de la marche selon la chair. La manière d’être d’une sphère résiste à la manière de l’autre et ne peut s’y soumettre. C’est pourquoi l’Ecriture parle d’une lutte entre ces deux manières de vivre et termine en présentant aux croyants l’ancien et le nouvel homme avec toutes les particularités de chacun. ‘’or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes,, les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas le royaume de Dieu ‘’(V.19-21). Immédiatement après nous sont décrits les fruits de l’Esprit : ‘’Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance ; contre de telles choses, il n’y a pas de loi (V.22)’’. Chacun peut se considérer et s’éprouver devant cette description comme s’il se trouvait en face d’un miroir. Personne n’a besoin d’être particulièrement spirituel pour constater laquelle des deux listes le concerne…» (Lettre circulaire N°41 page 5).

Frank décrit ainsi les deux listes :

« Au commencement de cette liste sont nommées des choses à l’ouïe desquelles bien des croyants secouent la tête avec horreur. La fornication, l’impureté, l’impudicité, l’idolâtrie, la magie. Mais tout le reste de cette ‘’liste noire’’ sont des choses exactement aussi mauvaises aux yeux de Dieu, c’est-à-dire, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes, les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies» (Lettre circulaire N°41 page 6).

Il conclut :

« Peu importe combien les arguments propres des uns et des autres peuvent sembler clairs, mais celui qui se rend coupable de ces chose apporte la destruction dans le corps du Seigneur, et lui-même ne verra pas le royaume de Dieu. » (Lettre circulaire N°41 page 6)

« ‘’Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la tempérance ; contre de telles choses, il n’y a pas de loi (V.22)’’ ». Il conclut en disant : « le royaume de Dieu ne peut être vu que chez celui en qui les fruits de l’Esprit peuvent croître » (Lettre circulaire N°41)

Au total, nous notons que, la piété chez Frank est éthique (c’est uniquement d’ordre moral). Le croyant est individuellement invité à être trouvé moralement irréprochable pour la venue d’Iéshoua. Pour ce faire, il doit s’éloigner d’une liste noire de péchés.

2. Les implications du concept de la Piété chez Frank

La piété chez Frank est d’ordre moral. Sa pratique consiste à s’éloigner d’une liste noire de péchés. Sur ce fondement :

« La table du Seigneur doit être préparée de la manière juste devant nous. Comme cela a été exprimé dans la parole d’introduction, les serviteurs requis pour combattre en faveur de la vraie foi et de la connaissance de la vérité sont ceux qui s’avèrent être, comme élus, remplis d’une sainte piété. ».

Il s’appuis en cela sur cette déclaration : « Paul, esclave de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ selon la foi des élus de Dieu et la connaissance de la vérité qui est selon la piété » (Tite 1/1).

3. La critique

Si la piété demandée au croyant consiste à s’efforcer de mener uniquement une vie morale irréprochable, l’on peut se poser les questions suivantes :

« D’ailleurs, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Christ seront persécutés » ? (2 Tim 3/12).

Frank dit :

« La vraie foi repose dans le cœur et est enracinée dans des pensées d’amour et de paix » (Lettre circulaire N°41 page 7).

Une telle personne peut-elle connaître la persécution ?

Au regard de ces éléments, il ressort nettement que Frank a une conception étriquée et déviationniste de la piété. Il ne pouvait en être autrement car l’homme n’a rien compris du message de Luther (la justification). Comment peut-il comprendre alors celui de Wesley (la sanctification) et celui de Branham (la restauration) ?

Frank est en divorce avec Luther, Wesley et Branham, il nie la suite de l’histoire de l’Eglise, le 4ème messager. Le principe qui soutient la spiritualité de Frank et son service, c’est la Loi. Frank est donc Légaliste. Or la LOI est le Ministère de la Mort. C’est ce serviteur qui prétend posséder l’Epée du Roi, prétend être surtout le serviteur de Mathieu 24 (qui détient le don de l’infaillibilité). Et pourtant, il se rend ouvertement coupable de graves confusions dans la manipulation de la parole.

L’exaltation d’une vie de piété ne saurait être un prétexte pour tordre le sens aux Ecritures. C’est pourquoi, nous invitons Ewald Frank à la repentance pendant qu’il est encore temps. Car c’est une conclusion terrible que de servir Elohim toute sa vie mais en dehors de sa volonté. Il reste deux lumières pour clore cette tragédie.

Ben Berakha