Selon Le LAROUSSE, le terme païen se rapporte à tous les peuples non chrétiens et qui adoraient plusieurs dieux

Nous pensons que Le Larousse a tort. Cette définition nous permet néanmoins de classer les peuples en deux blocs : les Païens et le non-Païens (Les Juifs, les Méshihim, etc.)

Les Païens, les Juifs et les Méshihim sont différents les uns des autres par leur profession de foi d’une part et par leur signe identitaire respectif d’autre part : la Circoncision pour les Juifs et la Nouvelle naissance pour les Méshihim.

De cette classification, il ressort deux blocs qui sont d’un côté les Mécréants et de l’autres les Juifs et les Méshihim. Examinons à présent le Christianisme pour voir auquel des deux blocs il appartient. Cette analyse permettra d’atteindre le but de cet article qui est de prouver que le Christianisme est un repaire de païens. Cet article va graviter autour des axes suivants :

  • La circoncision est le signe identitaire des Juifs ;
  • La nouvelle naissance est le signe identitaire des Méshihim ;
  • La production de bonnes œuvres est le signe identitaire des Chrétiens.

1. La circoncision est le signe identitaire des Juifs

Les Juifs sont ceux qui ont reçu la circoncision comme signe de leur alliance avec l’Elohim d’Abraham :

« C'est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous, et ta postérité après toi : tout mâle parmi vous sera circoncis. Vous vous circoncirez ; et ce sera un signe d'alliance entre moi et vous. A l'âge de huit jours, tout mâle parmi vous sera circoncis, selon vos générations, qu'il soit né dans la maison, ou qu'il soit acquis à prix d'argent de tout fils d'étranger, sans appartenir à ta race. On devra circoncire celui qui est né dans la maison et celui qui est acquis à prix d’argent ; et mon alliance sera dans votre chair une alliance perpétuelle.» (Genèse 17/ 10-13).

Tout manquement d’un Juif à cette alliance l’expose à la mort :

« Un mâle incirconcis qui n’aura pas été circoncis dans sa chaire, sera exterminé du milieu de son peuple, il aura violé mon alliance » (Genèse 17/14).

Pour l’avoir transgressé Moshé a failli perdre la vie :

« Pendant le voyage, en un lieu où Moshé passa la nuit, Adonaï(יהוה) l'attaqua et voulut le faire mourir. Séphora prit une pierre aiguë, coupa le prépuce de son fils, et le jeta aux pieds de Moshé, en disant : Tu es pour moi un époux de sang ! Et Adonaï le laissa. C'est alors qu'elle dit : Époux de sang ! À cause de la circoncision. » (Exode 4/24-26).

La circoncision est un signe identitaire au même titre que les balafres chez certains peuples. Elle ne peut donc pas être assimilée à un mode de vie comportemental.

Alors, le Christianisme est-il de ce signe identitaire ? Non !

2. La nouvelle naissance est le signe identitaire des Meshihim

Les Méshihim sont ceux qui ont la nouvelle naissance comme signe identitaire : « Ieshoua répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume d’Elohim. » (Jean 3/3)

Ce sont ceux qui sont passés de la mort à la vie par la nouvelle naissance : « Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants d’Elohim, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais d’Elohim.» (Jean 1/12)

Remarquons qu’être né de nouveau est une question de naissance par l’esprit et non de comportement selon une série de lois. Le Christianisme est-il de ce signe ? Non.

3. La production de bonnes œuvres est le signe identitaire des chrétiens

Puisque nous avons rejeté la circoncision et la nouvelle naissance comme le signe du christianisme, il nous faut indiquer quel est le signe du Christianisme.

Le chrétien est celui qui s’attache à la pratique des bonnes œuvres. Ainsi, il est reconnu par la pratique des bonnes œuvres qui l’accompagnent après avoir donné sa vie à Jésus qui est mort pour lui. Une question est à poser : l’acquisition de la vie en pérennité est-elle la pratique d’une somme de bonnes œuvres, ou se définit-elle autrement ? Non. L’un est une naissance et l’autre est un comportement, de l’éducation morale.

Au total, le Christianisme est un repaire d’individus qui pratiquent le culte des bonnes œuvres pour leur salut puisqu’ils ne croient ni en Mashiah, ni en son œuvre, et sont par conséquent des Mé-créants (qui croient de la mauvaise manière).

Shalom !

Aquilas Ben-Elohim

primi sui motori con e-max