Le grand réveil attendu par tous sera conduit par des morts, soutient une tendance Branhamiste

Il y a plusieurs points de contradiction entre le prophète William Marion Branham et ceux qui se réclament de son message. Ces chrétiens que nous appelons « Branhamistes » font un usage si maladroit du message de William au point où l’on se demande s’ils y comprennent quelque chose. Leurs déviations sont nombreuses. Le sujet est donc vaste. Il est traité à travers une série d’articles dont voici le sixième.

En dépit de la division dans le monde branhamiste, les différentes tendances sont néanmoins toutes d’accord sur le fait qu’un dernier grand réveil destiné à achever la préparation de l’Epouse d’Iéshoua HaMashiah doit intervenir.

Cependant, un point de divergence demeure quant à la manière dont l’histoire de l’Eglise finira. Les franquistes prévoient un réveil sans messager (cf. Un grand réveil sans messager attendu par les branhamistes). Une autre tendance attend impatiemment la résurrection des 7 Étoiles décédées pour venir déclencher le dernier réveil. C’est l’option de ce groupe de croyants qui a suscité cet article. Nous prenons le contre-pied de cet avis pour dire que des morts ne conduiront jamais l’œuvre d’Élohim. C’est l’affirmation que cet article se propose de démontrer.

L’Apôtre Paul fait partie des 7 Étoiles décédées. A la fin de son ministère, il révèle ceci :

« J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m'est réservé ; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. » (2 Timothée 4/7-8).

En déclarant qu’il a achevé sa course, Paul signifie qu’il n’a plus de carrière à courir. Sa mission est bel et bien terminée. Il note avec satisfaction le travail accompli et il croit à sa récompense certaine que « le Seigneur, le juste juge, lui donnera dans ce jour-là ’’. Depuis sa mort à là (jour de la rétribution), Paul se repose de ses œuvres :

« Et j’entendis du ciel une voix qui disait : Ecris ! Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent » (Apocalypse 14/13).

Dans la bérit (Alliance) entre Élohim et son peuple, l’homme ne travaille pas à ses temps de repos. Le shabbat des hébreux en est un exemple :

« Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour de repos de Adonaï( ), ton Élohim : tu ne feras aucun ouvrage … » (Exode 20 :8-11).

Le millénium en est un autre :

« Il y a donc un repos de shabbat réservé au peuple d’Élohim car celui qui entre dans le repos d’Élohim, se repose de ses œuvres, comme Élohim s’est reposé des siennes » (Hébreux 4/9-10).

Élohim violerait-il sa propre bérit (Alliance) en ressuscitant les 7 Étoiles en repos à venir poursuivre son œuvre? Il ne peut le faire pour au moins trois raisons.

Premièrement, Élohim est fidèle à sa parole.

Deuxièmement, Élohim ne ressuscite pas ses serviteurs pour reprendre le service. Il a fait connaitre cette disposition à W. M. Branham dans une vision, celle appelée la vision de la tente.

Dans cette vision, W. M. Branham était sorti prendre du repos. Il essaya de rejoindre la plate-forme qu’il venait de quitter. Ses tentatives restèrent vaines. Élohim choisit un vivant à sa place et le lui montra dans la vision. Branham qualifia son successeur d’» un homme vraiment sympathique et cordial ’’. Les Ecritures soutiennent que Ieshoua HaMashiah viendra trouver ce serviteur en plein service :

« … heureux ce serviteur que son Maitre à son arrivée trouvera faisant ainsi » (Luc 12/42-43).

Troisièmement, la résurrection des sept Étoiles pour une reprise de service n’a pas ses traces dans les Ecritures. Voici, en effet, les résurrections à venir dont la Bible fait mention:

-          La résurrection pour l’enlèvement (1 Thessaloniciens 4/16) ;

-          La résurrection des deux témoins (Apocalypse 11/11) ;

-          La première résurrection (Apocalypse 20/5) ;

-          La seconde résurrection (Apocalypse 20/11-13)

Certains ressuscitent pour la vie et d’autres pour la condamnation.

D’ailleurs, Élohim ne travaille pas avec les morts. C’est le cas du riche homme de Lazare qui s’est vu refuser la possibilité de revenir sur terre pour avertir ses frères (Luc 16/29-31).

Le Psaume 115/17-18 va dans le même sens :

« Ce ne sont pas les morts qui célèbrent Adonaï ( ), ce n’est aucun de ceux qui descendent dans le lieu du silence mais nous (les vivants), nous bénirons Adonaï ( ) dès maintenant et à jamais ».

Les morts ne reviendront pas conduire l’œuvre d’Élohim. Au contraire, les Ecritures prévoient la perfection des morts en Mashiah par l’Eglise (des vivants) :

« Tous ceux-là (les morts en Mashiah), à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu ce qui leur était promis, Élohim ayant en vue quelque chose de meilleur pour nous, afin qu’ils ne parvinssent pas sans NOUS (les acteurs de l’Eglise de la fin), à la perfection » (Hébreux 11/39-40).

Toutes ces sorties de route que font les branhamistes sont le fait de leur refus d’admettre le huitième messager. Leurs dirigeants leur ont servi « de la viande sacrifiée aux idoles » parce que ceux-ci ont travaillé la nuit, le temps de sommeil de l’Eglise (cf. Lumière sur le curieux ministère d’Ewald Frank(2)). Aussi longtemps qu’ils demeureront dans le voile de l’école de nuit, ils multiplieront les incongruités indignes des adeptes de ce grand prophète que fut W.M.Branham. Qu’ils se ressaisissent et gardent la ligne de pensée de leur prophète pour retrouver aujourd’hui le courant de l’Esprit en plein travail sur le continent Africain.

Serge DeMorier

primi sui motori con e-max