La sphère d’opération du message de William Marion Branham

Le Révérend William Marion Branham (6 avril 1909 - 24 décembre 1965)

Il y a plusieurs points de contradiction entre le prophète William Marion Branham et ceux qui se réclament de son message. Ces chrétiens que nous appelons « Branhamistes » font un usage si maladroit du message de William au point où l’on se demande s’ils y comprennent quelque chose. Leurs déviations sont nombreuses. Le sujet est donc vaste. Il sera alors traité à travers une série d’articles dont voici le premier : « La sphère d’opération du message de William Marion Branham ».

Les Branhamistes, toutes tendances confondues, donnent un caractère universel au message du Prophète américain William Marrion Branham. De leur point de vue, le message de William est adressé au monde entier :

« Comme vous le savez, c’est au prix des plus grandes fatigues physiques que j’ai porté au loin la parole révélée dans le monde entier. Ce faisant, je n’ai fait que ce qui m’avait été ordonné » (Ewald Franck, lettre circulaire n° 33, page 8).

Les voyages des Branhamistes occidentaux en Afrique s’inscrivent dans le même sens.

Cette vision universaliste du message de Branham s’oppose au principe selon lequel Elohim ne travaille pas partout en même temps. En effet, Elohim travaille de lieu en lieu à une période donnée et avec un peuple précis. Il ne travaille pas avec tous les peuples de la terre au même moment. Quand il a fini avec une nation dans le temps qui lui a été imparti, il va ailleurs avec un autre peuple pour un temps précis, et ainsi de suite. C’est une œuvre itinérante. Elle se déplace, elle bouge.

Avant l’Amérique et le peuple américain, Elohim était avec l’Angleterre et le peuple de cette nation. A une époque antérieure, ce fut l’Allemagne de Luther, et bien avant la Hongrie de Martin. Avant d’atteindre ce dernier pays, l’Irlande de Colomban fut visitée et avant elle, ce fut la France d’Irénée. Tour à tour chacune de ces nations reçut dans son temps Elohim. Elohim ne change pas ses principes. C’est cette manière de travailler d’Elohim que W. M. Branham explique à ses compatriotes en disant :

« Vous croyez que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement ? Si je suis ici, c’est pour faire connaitre ses œuvres et sa manière de les faire. J’ai toujours eu beaucoup de réticence à dire les choses pendant les quinze ou seize ans de mon ministère, mais maintenant l’heure vient où quelque chose doit se passer. LE MESSAGE DOIT ALLER A UNE AUTRE NATION, A UN AUTRE PEUPLE. » (15 janvier 1963, à Phoenix, Arizona- God’s Prowed Ways).

C’est ce même principe qui transparait dans cette déclaration de Ieshoua HaMashiah :

« Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de de la terre… » (Actes 1/8). Ailleurs, il est plus explicite : «C’est pourquoi, je vous le dis, le Royaume d’Elohim vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits.» (Matthieu 21/43)

De l’Amérique, Elohim ne peut donc pas lancer un message au monde entier. Il n’a jamais procédé ainsi, et il ne le fera jamais.

Elohim a déjà parcouru des continents : l’Asie, l’Europe et l’Amérique

En effet, Élohim a déjà parcouru l’Asie, l’Europe et l’Amérique. Son œuvre a, depuis lors, voyagé. La Bible dit qu’elle doit atteindre les extrémités de la terre : « Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre… » (Actes 1/8).

L’œuvre partit d’abord de son berceau natal en Israël, s’étendit en Asie avec l’apôtre Paul qui l’introduisit en Europe. Elle se déploya dans ce continent sous les directions respectives d’Irénée, de Colomban, de Martin, de Luther et de Wesley. Elle arriva en Amérique avec comme acteur principal, le Prophète-messager William Marrion Branham.

Contrairement au caractère mondial que les Branhamistes veulent donner au message de l’américain W. M. Branham, celui-ci montre que le message de son temps est destiné particulièrement au peuple américain :

« Mais, pendant que nous sommes dans la présence de la Sainteté de Dieu…Je crois que l’Eglise d’Amérique est sur le point d’être sortie. Elle est achevée, elle est lavée, purifiée, elle est prête. »- (15 janvier 1963, à Phoenix, Arizona- God’s Prowed Ways.) Ailleurs il dit : « Vous vous souvenez qu’un jour, ‘’il y a quatre ans de cela, me trouvant à Chicago, l’Esprit du Seigneur tomba sur moi et il me dit : Le réveil est maintenant terminé et l’Amérique n’a pas su profiter de ce réveil. Il n’y aura pas d’autre réveil : c’était la dernière occasion pour elle, d’être sauvée. Elle l’a manquée. » (William Branham, Conduite-Ordre-Doctrine de l’Eglise, tome 2, Questions et réponses du 27 Mai 1962, Dimanche soir, Brochure n°231, p.26-27, traduction française de Bourdoncle).

Ces déclarations situent clairement le champ d’action du message de William M. Branham. C’est un réveil américain en vue de prélever une épouse américaine pour Iéshoua HaMashiah.

Quand le réveil américain fut terminé, William annonça aux siens l’orientation de l’œuvre :

« Vous croyez que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement ? Si je suis ici, c’est pour faire connaitre ses œuvres et sa manière de les faire. J’ai toujours eu beaucoup de réticence à dire les choses pendant les quinze ou seize ans de mon ministère, mais maintenant l’heure vient où quelque chose doit se passer. le message doit aller à une autre nation, à un autre peuple. » (15 janvier 1963, à Phoenix, Arizona- God’s Prowed Ways).

Cela sous-entendait que l’Amérique et le peuple américain ont cessé d’être le centre d’activité au profit d’un autre espace où l’œuvre dynamique d’Elohim n’est pas encore arrivée. Prochainement, nous allons indiquer cet espace.

Serge DeMorier

primi sui motori con e-max