L’Adôn Iéshoua HaMashiah a dit : « Un disciple accomplit ressemble à son maître ». Cette maxime s’est réalisée avec les meurtriers de l’Adôn lui-même : « ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi ». Cet article veut montrer que la maxime s’est aussi accomplie avec le système papal. En effet, la papauté a fait le même choix que celui que fit le serpent en Eden.

L’article est bâti autour de deux points :

- Le chemin du serpent en Éden ;

- La papauté marche sur les traces de son maître.

1) Le chemin du serpent en Eden

La  crise d’Éden est avant tout une crise politique. En effet, les Ecritures révèlent que Satan a un projet : « renverser Elohim et prendre sa place pour régner  sur l’univers ». Il l’a formulé en ces termes : «  je monterai vers les cimes, je serai semblable au Très-Haut ». C’est de l’Elohimicide.  Pour le réaliser, il a une voie : Le coup d’Etat. Il a utilisé ce chemin  au ciel en vue du contrôle du pouvoir dans les cieux. Il échoua et fut précipité sur la terre. La terre fut avertie de sa présence, de ses intentions, et du danger qu’il représente pour elle.  Suite à son échec dans les cieux, il décida de reconquérir la terre dont il avait perdu le contrôle, et remplacé par Adam. Pour cela, il va reconduire sa même voie : le coup d’État, mais cette fois, il s’en prend à Adam. Il  l’évince du pouvoir par le biais du serpent.  Il devient le roi de la terre (par usurpation) et se proclame même créateur en se faisant adorer sous le titre de Dieu. Cette terrible scène se passe au moment où Elohim entre dans son repos et qu’Adam doit garder le jardin et le cultiver. Depuis cette période, le monde est sous la gouvernance et le culte du diable.

Ainsi, le coup d’État  (pour renverser Elohim, prendre le pouvoir, et se faire adorer sur la terre) est le chemin que Satan utilisa en Eden à travers le serpent.

2) La Papauté marche sur les traces de son maître

La Papauté, en fidèle disciple, a commis le même coup d’état contre Elohim. En effet, l’Adôn Ieshoua HaMashiah (fils d’Elohim, second Adam et rédempteur du monde) à l’image d’Elohim son père, monte au ciel après avoir accomplit son œuvre de rédemption. Avant sa montée, Il confia à ses limmoudim d’aller annoncer la bonne nouvelle à toutes les nations, et leur  promit qu’il reviendrait bientôt, quand il aura fini de préparer les noces.

Alors que les disciples se mettent en route pour la mission, la papauté institue le vicariat. Le pape prend le titre de Vicarius Filli Déi, qui signifie Vicaire (remplaçant) du fils de Dieu. Si on lui concède  cette prétention, il en résulte alors, que la papauté a évincé l’Adôn Iéshoua HaMashiah et a occupé le sacerdoce.  Par cet acte, la papauté affirme la mort de Mashiah et son remplacement par le pape. Il va encore plus loin pour prendre le titre de Père, au mépris de toute interdiction faite dans les Ecritures (Matthieu 23/9). Voilà le coup d’Etat d’Eden perpétré de nouveau sur la terre, plus de six mille ans, après celui de son père initiateur.

Au total, la Papauté c’est la voie du putsch. Les papes sont des putschistes. Avec un tel putschiste à leur tête, le monde et l’église catholique se dirigent-ils vers le paradis ou vers l’enfer ? Simple problème de logique pour toute intelligence saine.

Ben Berakha

primi sui motori con e-max