Imprimer
Affichages : 2095

Tout être vivant doit avoir un nom pour être identifié. Pour distinguer les enfants d’une même famille en plus du nom de famille, chacun reçoit un prénom ou des prénoms. Les prénoms sont censés faire la différence entre les filles et les garçons dans la famille en particulier et dans la communauté en général.

Dans cet article nous relevons l’incohérence de certains prénoms dans leur composition et leur attribution à des personnes. Nous attirons l’attention des parents géniteurs sur l’octroi de ces prénoms fantaisistes et sataniques à leurs progénitures. Le danger que courent les porteurs de tels prénoms est la profanation des noms des élus d’Elohim pour certains .Cela peut irriter la colère d’Elohim qui fait du nom du sacré au point d’en donner lui-même ou de modifier l’existant pour certaines personnes comme Avram devenu Avraham :

« On ne t'appellera plus Abram; mais ton nom sera Abraham, car je te rends père d'une multitude de nations. » (Genèse 17/5).

Iohanân : nom que l’ange a donné à Zacharie pour son fils avec Elisabeth

« Mais l'ange lui dit: Ne crains point, Zacharie; car ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t'enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Iohanân » (Luc 1/13).

Le nom est une volonté exprimée par Elohim pour distinguer les êtres vivants qu’il a créés par sa propre volonté :

« Adonaï(יהוה) Elohim forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l'homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l'homme ». (Genèse 2/19)

Le prénom en général depuis Adam est constamment en rapport avec le genre. Chez les animaux par exemple, le nom du mâle est différent de celui de la femelle si bien que par l’appellation l’on distingue la femelle du mâle. Exemples un coq : le mâle, une poule : la femelle ; un bœuf : le mâle, une vache la femelle ; un mouton : le mâle, une brebis : la femelle etc.

Il en est de même chez l’humain. Par le prénom chez tous les peuples du monde l’on distingue la femme de l’homme. Exemples en Malinké les prénoms : Assita, Maimouna, Assetou, Fatoumata etc. ramènent obligatoirement à une femme ; en Attié les prénoms : Api, Apo, Chayé, Chadon, Moya, etc. ramènent obligatoirement à une femme. Elohim a établi les appellations ainsi, afin d’éviter la confusion car il est un Elohim d’ordre. il hait le mélange qui est le fruit du désordre.

« … car Elohim n'est pas un Elohim de désordre,… » (1 Corinthiens 14/33).

Satân qui a atteint le sommet de la transgression des œuvres d’Elohim sur terre, s’introduit dans cet autre espace d’Elohim qu’est celui du nom. Satân a envahi cet espace pour semer son grain d’ivraie pour y faire proliférer la confusion par les appellations incongrues.

En effet l’Église Catholique, le cheval de conquête de Satân pour se faire l’égal d’Elohim sur terre par la confusion, a conçu un calendrier de prénoms appelé nom de baptême. Une autre création de l’Eglise Catholique qui n’a aucun fondement biblique.

Plusieurs parents ignorant l’importance du nom devant Elohim, se servent de ce calendrier pour donner des prénoms à leurs progénitures. Ainsi nous enregistrons des prénoms composés pour garçons comme : Jean-Marie, Pierre-Marie, Jean-Claude, jean- Luc, Paul-Marie, etc. et des prénoms composés pour femmes comme : Marie-Pierre, Marie-Paule, Marie-Ange, etc.

Les prénoms masculins transformés et attribués aux femmes : Emmanuela (Emmanuel), Daniella ou Danielle (Daniel), Michelle (Michel), Pierrette(Pierre), ….

Nous interpellons les porteurs de tels prénoms et ceux qui en donnent à leurs progénitures à faire attention car, par ces prénoms dangereux ils pourraient influencer négativement la destinée de leur enfant.

CESKY