La saison de faux prophètes : Un signe de la fin des temps

Ieshoua HaMashiah, le fondateur de la kéhila, a promis revenir pour l’enlèvement de celle-ci. Il n’a pas manqué de faire connaitre les signes précurseurs de ce retour. Dans cet article, nous rappelons et interpelons les croyants à la recherche du salut de leur âme, à plus de vigilance et de prudence pour ne pas l’égarer. Pour aborder ce sujet, nous faisons appelle au témoignage de Ieshoua HaMashiah lui-même sur sa seconde venue.

Nous nous saisissons de deux types de révélations pour inviter à la repentance les Branhamistes maintenus dans un anachronisme mortel. Ces deux types de révélations sont d’une part, celle de l’Apôtre Pierre et d’autre part, celle de l’Apôtre Jean.

Dans la mission d’éclairage du ministère d’Ewald Frank, ce présent article continue la lumière sur les lacunes doctrinales de Frank.

Après avoir montré dans l’article précédent l’ignorance de Frank au sujet de la nouvelle naissance, cet article va traiter de l’ignorance de Frank au sujet de la piété. Il va graviter autour de trois points :

La bible est un livre d’orient. Vu le caractère universel du message qu’elle véhicule sur la spiritualité, elle a été traduite en plusieurs langues. Un fait absurde nous intéresse dans la traduction : le nom de Jésus et celui de Dieu. C’est l’objet de notre intervention. Nous pensons pouvoir faire découvrir la vérité sur ces deux noms et inviter les lecteurs et les utilisateurs de la bible de s’en éloigner.

Nous partons d’un constat simple de règle de grammaire. Tous les noms communs d’êtres vivants ou d’objets changent d’appellation d’une langue à une autre. Exemples : « oiseau » en français ; « vogel » en Allemand ; « bird » en anglais ; « pajaro » en espagnol ; « uccello » en italien ; « passaro » en portugais, etc.

William Branham est le précurseur du Messager de l’Âge de Laodicée

William Marrion Branham (1909-1965) était un pasteur chrétien évangélique américain qui a été très influent au sein des églises pentecôtistes américaines dans les années 60. Par lui, Élohim a suscité un très grand réveil aux USA. Ce réveil qui ouvre l’Âge de Laodicée, a eu des échos un peu partout dans le monde, notamment en Afrique et singulièrement en Côte d’Ivoire.