Depuis que l’être humain a commencé à régner sur son semblable, plusieurs systèmes de gestion du pouvoir ont été imaginés et pratiqués. De l’anarchie en passant par toutes les formes de monarchie, il semble de nos jours, que l’humain se satisfait de la démocratie qui est présentée comme l’unique système qui garantit à la communauté le plus de liberté. L’occident qui en a fait son unique système politique a réussi à l’étendre dans la quasi-totalité des états du monde.

Le 20 Juin 1990, à La Baule en France, le président François Mitterrand réunit les chefs d’Etat africains et les invite à développer la démocratie dans leurs pays à l’image des Européens de l’Est qui venaient de s’affranchir de la tutelle communiste. Il alla plus loin pour subordonner l’aide française à l’introduction du multipartisme, déclarant à ses hôtes : « la France liera tout son effort de contribution aux efforts qui seront accomplis pour aller vers plus de liberté ». Le discours ne peut être plus clair. Il y a là comme une sorte d’universalisation de la démocratie. Il est juste de savoir pourquoi tant d’engouement pour la démocratie et que cache cette frénésie des occidentaux à vouloir la rendre universelle ?

Cet article qui s’appuiera sur l’autorité de la Bible, montrera ce système politique sous son véritable jour.

1. Les prétentions des Démocrates

a) Dans la démocratie l’homme est la source du pouvoir

Selon la célèbre formule d’Abraham Lincoln, la démocratie c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. Cette formule est conforme à l’étymologie du mot qui est issu du Grec « démos » qui signifie peuple et de Kratos qui signifie pouvoir. Ainsi la démocratie est le pouvoir du peuple. Il faut comprendre par là que pour les démocrates, la source du pouvoir c’est le peuple. C’est lui, en effet, qui est le détenteur exclusif du pouvoir et qui peut le concéder à qui il veut.

b) Dans la démocratie l’accent est mis sur la liberté du citoyen

Le citoyen est au cœur de toutes les préoccupations puisque c’est lui qui octroie aux gouvernants son pouvoir. Sa liberté ne doit nullement souffrir. La loi doit lui garantir les libertés de base. Liberté d’expression, liberté d’opinion, liberté religieuse, liberté de pensée, etc. C’est au nom de cette liberté que le citoyen peut s’affranchir du Créateur, c’est également au nom de cette liberté qu’il peut s’autoriser des déviations de toutes sortes. C’est encore au nom de la liberté que l’homosexualité doit être acceptée et tolérée. Des hommes sont devenus des femmes quand des femmes sont devenues des hommes. L’homme est de ce fait devenu son propre maitre et n’entend se laisser dicter sa conduite sur la base de préceptes religieux.

c) La démocratie dit-on est facteur de développement

Commentant le discours de la Baule, Roland Dumas déclara ce qui suit ; « le vent de liberté qui a soufflé à l’Est devra inévitablement souffler un jour en direction du Sud… Il n’y a pas de développement sans démocratie et il n’y a pas de démocratie sans développement ».En clair démocratie et développement sont indissociables. L’un ne va pas sans l’autre. De leur avis, les pays développés le sont tout simplement parce qu’ils ont adopté la démocratie à contrario, les pays sont développés trainent dans les méandres du sous-développement en raison d’un déficit démocratique. Voici énumérées les prétentions des partisans de la démocratie quelles en sont les limites ?

2. Les limites des prétentions des partisans de la démocratie

a) L’homme source du pouvoir

Dans la Bible, Élohim est la seule source du pouvoir et cela est attesté dans plusieurs passages. Dans le livre de Mathieu au chapitre 6 verset 13 il est écrit : « Ne nous induis pas en tentation mais délivre nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen » !

En outre dans son épitre aux Romains l’apôtre Shaoul fit cette déclaration : 

« Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures car, il n’y’à point d’autorité qui ne vienne d’Élohim, et les autorités qui existent ont été instituées d’Élohim ». (Romains 13/1).

Voici La réponse cinglante de la Bible aux démocrates. L’homme ne saurait être la source d’un quelconque pouvoir seul le Créateur de toute chose est détenteur du pouvoir et nul ne peut prétendre à cette qualité sans être un imposteur. Dans les écritures, un seul a essayé, sans succès, d’usurper ce titre, il s’agit de Lucifer devenu Satân par la suite : 

« Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles d’Élohim ; je m’assiérai sur la sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion ; je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très-haut. » (Esaïe 14/13-14).

Ainsi, Satân avait pour ambition d’être semblable à Élohim, de simple créature qu’il était il envisageait se faire l’égal de son créateur. Le drame dans cette situation, c’est qu’Élohim, véritable détenteur du pouvoir ne règne pas ; c’est Satân qui exerce son pouvoir par l’homme interposé. Il peut par transmigration et possession quitter sa demeure et envahir un homme. Par ce procédé, Satân donne l’illusion aux humains que ce sont eux qui règnent sur le monde. On parlera ainsi d’autocratie, de démocratie… Mais en vérité, il s’agit d’une Satânocratie déguisée. Les partisans de la démocratie Satânisent en faisant de l’homme la source du pouvoir. Une telle civilisation qui évacue Élohim ou mieux qui l’ignore est de la pure Satânocratie arrivée à sa perfection.

b) La liberté du citoyen.

L’humain ne s’est pas créé lui-même, il a un Créateur qui, du reste, l’a créé sans demander son avis et qui certainement doit avoir un dessein qui l’a poussé à le créer. C’est la connaissance de ce dessein qui doit guider l’homme dans ses actions de tous les jours. Quel est donc le dessein qui amena le Créateur à créer l’homme ? La réponse à cette question se trouve dans le passage suivant : 

« Puis Élohim dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre ». (Genèse 1/26).

Ce verset indique de Façon claire le souci qui animait le Créateur au moment ou il concevait l’homme. Passons sous silence la ressemblance. Le texte est précis : « qu’il domine » Élohim, en effet, a créé l’homme pour qu’il soit le souverain de la terre pour son compte. Ici nous sommes en présence d’un employeur qui met à son service un travailleur pour régner sur ses autres créatures. Ce travailleur dépend entièrement de celui qui l’a établi, il ne peut donc s’affranchir de sa tutelle encore moins agir comme bon lui semble car tôt ou tard il aura à rendre compte devant le véritable détenteur du pouvoir. Satân connaissait l’existence de ce dessein d’Élohim de voir l’humain gérer le pouvoir pour son compte. Il poussa ce dernier à la faute et s’empara du pouvoir. C’est ce pouvoir usurpé qu’il concède à toute personne qui accepte de se prosterner pour l’adorer. (Mathieu 4/9).

L’homme ignorant tout ceci, vit dans l’illusion que c’est lui qui règne sur le monde. Son véritable patron c’est Satân qui, tapit dans l’ombre, le pousse à poser des actes qui le mettent en conflit avec son Créateur. Le philosophe Paul Henri Thiry d’Holbach a écrit fort à propos : 

« La liberté entre les mains d’un être sans culture et sans vertu est une arme tranchante entre les mains d’un enfant ». (Système social).

L’homme sans culture et sans vertu n’est autre que cet ignorant, manipulé par Satân et qui se prend pour ce qu’il ne peut jamais devenir : source du pouvoir. Il est dangereux pour lui-même et pour tout l’univers.

c) La démocratie un facteur de développement

Pour la grande majorité des démocrates, le mot rime avec production de richesses. Les nations développées, aujourd’hui sont pour la plupart du temps des nations démocratiques. On peut toutefois se permettre de douter car c’est souvent sous des régimes de fer que ces nations ont acquis leurs fortunes qu’elles pérennisent aujourd’hui. La pratique de l’esclavage, des travaux forcés, la spoliation des nations du tiers monde ont largement contribué à leur enrichissement. En réalité, la liberté n’est pas productrice de richesses, et Jean de la Fontaine l’avait clairement exprimé dans sa fable « Le loup et le chien ». Le loup préférant sa liberté n’a pu accepter la condition d’esclave du chien pour avoir part à son opulence. Il préfère la pauvreté dans la liberté à l’opulence dans l’esclavage.

En plus, la démocratie apparaissant comme un système Satânique, les richesses de ces nations dites démocratiques, constituent une sorte de prébende, de récompense que Satân leur accorde pour avoir pris fait et cause pour lui : 

« Le diable le transporta sur une montagne encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du mondes et leur gloire, et il lui dit : Je te donnerai toutes ces choses si tu te prosternes et m’adores » (Mathieu 4/8-9).

Sinon la Bible parle de malédiction du démocrate, de celui qui considère l’humain comme la source du pouvoir. Il est écrit : 

« Ainsi parle Adonaï(הוהי) ; Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son cœur d’Adonaï(הוהי) ! Il est comme un misérable dans le désert, et il ne voit point arriver le bonheur ; il habite les lieux brulés du désert, une terre salée et sans habitants » (Jérémie 17/5-6).

Tel est le sort de celui qui évacue Élohim et qui s’adjuge comme les partisans de la démocratie ce qui revient à Élohim en l’occurrence le pouvoir. Ces nations dites démocratiques pensent être riches et elles invitent les autres nations de la terre à les imiter mais voici ce que le déclare le roi de l’univers :

« Parce que tu dis ; Je suis riche, je me suis enrichi, je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu ». (Apocalypse 3/17).

Que faire donc dans une telle situation ?

d) Sortez de la démocratie, pour avoir part à la bénédiction

La meilleure des démocraties même lorsqu’elle est taxée de démocratie chrétienne ne peut être qu’un odieux blasphème, une insulte pour le Créateur car elle fait de la créature (l’homme) la source du pouvoir. C’est de l’imposture et l’Être qui se cache derrière ce vaste programme d’égarement n’est autre que Satân. Le monde entier est gagné par le mal et pourtant il faut en sortir, la tâche ne sera pas aisée car de tous les systèmes de gestion du pouvoir, la démocratie a conquis le cœur des hommes au point d’être présentée comme le meilleur. L’Occident en fait une large promotion et l’impose aux nations sous développées qui sollicitent son aide. L’humain doit comprendre que ce monde est sous la domination du malin, sous le règne des ténèbres, de la violence et de l’iniquité. C’est ce qui justifie cette prière de l’Adon Ieshoua : 

« Notre Père qui es aux cieux…. Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. » (Mathieu 6/9-11).

Partant du principe qu’on prie pour obtenir ce que l’on n’a pas on peut conclure qu’Iéshoua demande à ses disciples de prier pour que le règne du Père vienne parce que ce dernier ne règne pas encore. Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel signifie que sur terre une autre volonté que celle du Père est faite. Il faut mettre fin à ce pouvoir il faut détruire la base du pouvoir inique qui domine le monde. Aussi la prise du pouvoir est-elle le préalable de Mashiah dans sa lutte pour le changement de la condition de l’humain, de l’animal, du végétal et du minéral. Toute lutte non révolutionnaire n’est qu’une simple reforme, un replâtrage dangereux qui vitalise le principe de l’iniquité et le rend plus destructeur. C’est à cette lutte que nous invitons les humains, la lutte pour la destruction de la démocratie qui n’est que le pouvoir de Satân car seule l’instauration du pouvoir de Mashiah apportera le vrai bonheur selon qu’il est écrit : 

« Cherchez premièrement le royaume et la justice d’Élohim et tout le reste vous sera donné par-dessus » (Mathieu 6/33).

Au total la lutte prônée par la Bible est celle de la destruction de la démocratie qui fait de la terre un prolongement du royaume de Satân. Il faut qu’au terme de cette lutte, la situation soit inversée de sorte à ce que la terre devienne le prolongement du royaume des cieux. Maranatha !

Le Scribe

primi sui motori con e-max