Créé en 1540 par Ignace de Loyola, l’ordre des Jésuites est officiellement un ordre dédié à la formation des élites de l’Église et à la propagation de l’Évangile. La compagnie de Jésus, autre appellation de l’ordre des Jésuites est à l’origine de plusieurs écoles, collèges, lycées et universités dans le monde. C’est cette image que la plupart des gens ont des Jésuites à savoir, un ordre religieux bien établi dédié avant tout à l’éducation d’un certain milieu bourgeois. Sous ces dehors flatteurs, la réalité parait plus sombre.

Le Soleil est le symbole des Jésuite 

D’éminentes personnalités se sont prononcées sur le caractère maléfique des agissements de l’ordre. Pour le pape Clément XIX : « Avec les Jésuites, il ne peut y avoir de paix dans les Etats. » Quant à Blaise Pascal, il soutient que : «  les Jésuites ont répandu dans l’église les ténèbres les plus épaisses qui soient jamais sorties du puits de l’abime. »

Enfin, pour le philosophe occultiste Rudolf Steiner : « les Jésuites constituent la seule organisation occidentale disposant de pouvoirs occultes, à côté de laquelle les sociétés secrètes ne sont que des boy-scouts. » Ces trois déclarations dont une émane de la tête même de l’Eglise Catholique confirment que la réputation d’organisation satanique attribuée à l’ordre des Jésuites n’est pas usurpée. Cet article, le premier d’une série, s’intéressera à la mission d’espionnage de cet ordre.

Officiellement dédié à l’éducation d’une élite issue des milieux bourgeois, l’ordre des Jésuites s’est au fil du temps révélé comme une organisation criminelle menant des actions subversives basées sur l’infiltration, l’inculturation et surtout une stricte obéissance au Pape romain. En clair il s’agit d’une œuvre d’espionnage et de sape et de dévoiement afin de conduire les hommes vers l’œcuménisme autrement dit reconduire ceux qui ont vomi Rome à retourner à leurs propres vomissures.

Lors de la prestation de serment des Jésuites, le supérieur tient au postulant le discours suivant : 

«  Mon fils, jusqu’à présent on t’a appris à maitriser l’art de la dissimulation : à être un Catholique Romain parmi les Catholiques Romains, et même à être un espion parmi tes propres frères ; à ne croire aucun homme, à ne faire confiance à aucun homme ; parmi les réformés, à être un réformé ; parmi les Huguenots, à être un Huguenot ; parmi les Calvinistes à être un Calviniste ; parmi les autres protestants à être en général un autre Protestant ; à obtenir leur confiance et même à t’efforcer à prêcher du haut de leur pupitre ; à dénoncer avec toute la véhémence dont tu es capable notre sainte religion et le Pape ; et même à t’abaisser jusqu’à te faire Juif parmi les Juifs, afin de pouvoir rassembler toutes les informations nécessaires à ton ordre, en tant que fidèle soldat du pape. »

Ce qui transparait dans ce discours, c’est que le Jésuite avant même de prêter serment est déjà maître de la dissimulation. Tout comme le caméléon, il arrive à passer inaperçu, à se fondre dans tous les milieux sans éveiller le moindre soupçon. Ainsi, au milieu des musulmans, des protestants, des bouddhistes, des juifs et même au milieu de ses propres frères les catholiques il épouse leur couleur, une véritable homochromie spirituelle ! De cette façon, il réussit comme un bon espion à glaner des informations utiles pour le Vatican. Il n’y a pas que le milieu religieux qu’il réussit à infiltrer.

Tous les milieux sont parasités par cet ordre à multiples facettes. La solide formation académique dont bénéficient ses membres (au moins 15 ans) leur permet d’exceller dans tous les domaines et de se rendre incontournables. On les trouve dans la politique, l’économie, la finance, la justice, l’éducation etc… corrompant le système de l’intérieur. Ils sont à l’origine des guerres, des crises économiques, des troubles de toutes sortes. Mais tout cela est fait, selon leur devise « Pour la plus grande gloire de Dieu » car, toujours selon leur idéologie, « la fin justifie les moyens ». Ils jouissent d’une fortune colossale qui leur permet de s’engager dans l’humanitaire. C’est en faisant le « bien » qu’on arrive à séduire et à tromper. Le meilleur camouflage, c’est le masque de la religion. Les bons sentiments, l’humanitarisme sont des armes efficaces qu’utilisent volontiers les Jésuites.

Les pays du tiers monde et plus spécifiquement ceux d’Afrique sont les espaces où ils se donnent le moins de mal habitués que sont ces derniers à recourir à l’aide internationale et à tendre la main aux organismes d’œuvres caritatives. Déguisés en prêtres missionnaires inoffensifs, ils font plus de mal aux communautés qui ont le malheur de leur faire confiance. Comme le dit l’adage, « on leur donnerait le bon Dieu sans confession ». Et pourtant ! Le supérieur continue en ces termes : « on t’a enseigné à planter insidieusement des semences de jalousie et de haine entre les communautés, les provinces, les Etats qui étaient en paix ; à les inciter à commettre des actes sanglants ; à les provoquer à la guerre les uns avec les autres… »

Voici qui justifie amplement le postulat fait plus haut à savoir que l’ordre des Jésuites est une organisation criminelle menant des actions subversives basées sur l’infiltration et l’inculturation. Il faut insister, les Jésuites sont les véritables maitres de la dissimulation. Ils sont pauvres avec les pauvres et riches avec les riches. Mais, ils peuvent exactement faire le contraire de ce qu’on les croit occupés à faire.

Le Scribe

primi sui motori con e-max