Dieu (du latin Dei), divinité solaire des indoeuropéens primitifs

Les Ecritures déclarent : «Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.» (Matthieu 7/13-14). 

Par cette déclaration, les Ecritures donnent à tous ceux qui aspirent à la vie, à l’éternité, au paradis, un outil ou un moyen par lequel, ils peuvent tester l’exactitude du chemin qu’ils ont choisi. Cet outil spirituel fonctionne sur le principe que la vérité se trouve dans la minorité plutôt que dans la majorité comme on a l’habitude d’entendre. Nous l’appelons : « le Principe de la minorité triomphante ». Il indique qu’en spiritualité, le faux, le mensonge, se trouve du côté de la majorité. Le vrai, la vérité, se trouve du côté de la minorité.

C’est cet outil que nous allons appliquer sur la spiritualité pratiquée dans le monde, en vue de déceler son aboutissement. En le faisant, nous voulons démontrer que Dieu (qui n'a rien à voir avec Adonaï(יהוה)l'Elohim d'Abraham, d'Isaac et de Jacab) est le chemin de la perdition, donc un véritable danger pour l’humanité.

Nous allons aborder ce problème à travers les points suivants :

  • Les deux cultes dans le monde
  • Dieu et le culte solaire
  • Dieu à la lumière du principe de la minorité triomphante
  • Appel aux humains

1. Les deux cultes dans le monde

L’opinion publique pense généralement qu’il existe plusieurs cultes dans le monde, eut égard à cette pléiade de religions qui pullulent sur la terre. Mais en réalité, il existe deux cultes dans le monde :

  •  Le culte d’Adonaï(יהוה;
  •  le culte solaire.

Si le culte d’Adonaï(יהוה) se rattache à Abraham, le culte solaire lui, tire ses origines de la Babel antique, au temps de Nemrod, le premier monarque du monde postdiluvien. Ce culte va irradier la terre après la crise de Babel qui a vu la perte du verbe commun et la confusion des langues, ainsi que la dispersion des peuples sur toute la terre. Quant au culte d’Adonaï(יהוה), il part d’Abraham à Moshé, de Moshé à Iéshoua HaMashiah, et de Iéshoua à la Kéhila d’Hashem.

2. Dieu et le culte solaire

Voici ce que déclarent les Ecritures au sujet du culte solaire :

« Et il me dit : Vois-tu, fils de l’homme ? Tu verras encore d'autres abominations plus grandes que celles-là. Et il me conduisit dans le parvis intérieur de la maison d’Adonaï(יהוה). Et voici, à l'entrée du temple d’Adonaï(יהוה), entre le portique et l'autel, il y avait environ vingt-cinq hommes, tournant le dos au temple d’Adonaï(יהוה) et le visage vers l'orient ; et ils se prosternaient à l'orient devant le soleil » (Ézéchiel 8/15-16).

« Est-ce moi qu'ils irritent? dit Adonaï(יהוה) ; N'est-ce pas eux-mêmes, à leur propre confusion ? C'est pourquoi ainsi parle Adonaï(יהוה) : Voici, ma colère et ma fureur se répandent sur ce lieu, sur les hommes et sur les bêtes, sur les arbres des champs et sur les fruits de la terre ; elle brûlera, et ne s'éteindra point. » (Jérémie 7-19-20).

La pratique de l’adoration du soleil était courante à l’aube de l’histoire du monde postdiluvien. Que renfermait en réalité ce culte ? Pour le comprendre, examinons les trois éléments indispensables dans toute adoration. En effet, toute adoration exige trois choses qui sont :

  • l’Être adoré,
  • l’Image de l’Être adoré et
  • les Adorateurs.

Il faut retenir les deux choses suivantes :

  • l’Image de l’être adoré est le moyen par lequel l’Etre adoré entre en contact avec ses adorateurs et vice versa.Ainsi, sans passer par l'Image de l'Etre adoré, l'adorateur ne peut pas accéder à l'Etre adoré;
  • l’Image de l’Être adoré doit être semblable à l’être adoré.

Sur ce fondement, que représente le soleil dans le culte solaire ?

La Bible, parlant de Satân, répond à cette question en ces termes :

« te voilà tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ... » (Esaïe 12/14).

Satân est ici identifié à l’astre brillant qui est enfanté par l’aurore. Cet astre c’est bien le soleil. Ainsi, le soleil est l’image de  Satân. Toute adoration du soleil est une adoration de  Satân. Depuis la Babel antique,  Satân se fait adoré par l’humanité par le biais du soleil. Avec la crise de Babel, les peuples se sont dispersés sur toute la terre avec ce culte. C’est ainsi que le soleil est adoré sous plusieurs noms dont Baal, Astarté, Horus, Aton, Jupiter, Zeus, God, Gnanmien, Lago, Zran, Deus, Dei, Dieu.

Satân se fait adoré par l’humanité par le biais du soleil qui est adoré sous plusieurs noms

 Dieu est donc le nom du soleil adoré chez les indo-européens primitifs. Au total, Dieu c’est l’autre nom de  Satân (le soleil divinisé). Toute adoration de Dieu est une adoration du soleil donc de  Satân. Si Elohim hait au plus haut point le culte voué au soleil, cela va s’en dire qu’il hait le culte voué à Dieu. Un tel culte conduit inéluctablement à la perdition. Ce péché est celui du « veau d’or » et ses conséquences sont imparables.

3. Dieu à la lumière du principe de la « minorité triomphante »

L’adoration de Dieu ou l’adoration du soleil ou le culte de Satân, est l’adoration la plus répandue aujourd’hui dans le monde. Plus de la moitié de la population mondiale ne connaisse comme Créateur, que l’imposteur Dieu (le soleil divinisé ou  Satân). Dans tous les lieux de culte, c’est lui qui est vénéré, adoré, prêché et cru dans le monde. Les Ecritures n’ont-elles pas eu raison de dire de Satân « toi le séducteur des nations » ?

Toutes les nations de la terre ont bu de son vin. C’est à juste titre que  Satân dit à Iéshoua en lui montrant tous les royaumes de la terre : « tout ceci m’a été donné ». Le principe de la « minorité triomphante » révèle que le culte admis dans le monde, accepté par la quasi-totalité des peuples de la terre, c’est l’adoration de Dieu (le soleil ou  Satân). Que cela se fasse de façon consciente ou inconsciente, le résultat est le même à savoir c’est Satân qui est adoré dans le monde. C’est cela « la porte et le chemin spacieux qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.

Le Créateur véritable est méconnu de beaucoup dans le monde. Et pourtant, à sa connaissance est rattaché le salut de l’âme, l’éternité de l’âme, selon qu’il est écrit : « car la vie en pérennité, c’est qu’ils te connaissent TOI LE SEUL VRAI ELOHIM et celui que tu as envoyé IESHOUA HAMASHIAH » (Jean 17/1-3).

Cette porte étroite, ce chemin resserré qui mènent à la vie, existe bel et bien dans le monde. Mais, il y en a peu qui les trouvent.» (Matthieu 7/13-14). Iéshoua n’a-t-il pas dit en effet : « petit troupeau, le Père a trouvé bon de vous donner le royaume ? »

4. Appel aux humains

Le drame vécu par les Hébreux dans le désert du Sinaï lors de leur marche vers la terre promise, connu sous le nom de « La crise du veau d’or », révèle deux choses fondamentales :

  • Il y a le vrai Créateur de l’univers qui mérite notre adoration, et il y a le faux, l’imposteur, le séducteur qui ne mérite pas d’être adoré car sa finalité est la perdition. Ce faux, c’est  Satân appelé encore la mort.
  • Le Créateur ne supporte pas l’adoration de  Satân. Quiconque le fait après avoir connu la vérité, partagera le sort de  Satân.

Après avoir échoué dans son putsch au ciel et acquis l’enfer comme châtiment,  Satân a réussi un autre putsch sur la terre. Il s’est imposé à la conscience populaire comme étant le créateur et se fait ainsi adoré par l’entremise du soleil. Il porte alors le nom de Dieu, God, Bouddha, Krishna, Gnanmien, Lago, etc.

Par cette séduction, tromperie, il a ouvert à l’humanité un chemin large qui mène à la perdition et beaucoup d’hommes et de femmes l’ont emprunté. Sachez-le, Dieu est le chemin qui mène à la perdition. Dieu c’est l’autre nom de Satân. Le vrai Créateur est venu dans le monde. Il y a laissé son chemin, son identité, son culte, son peuple. Ce chemin étroit qui conduit à la vie, existe bel et bien. Cherchez-le et vous le trouverez car le Maître a dit : « Cherchez et vous trouverez ».

Pour l’heure, sortez du chemin de Dieu, rebroussez chemin et vous préserverez votre âme de l’abîme réservé au diable et aux impénitents.

(1) http://www.croixsens.net/dieu/dieu.php

Ben Berakha

primi sui motori con e-max