Dans quelques jours, le monde entier, à quelques exceptions près, va célébrer la fête de Noël. Déjà, dans les grandes capitales du monde, tout aussi bien que dans les simples hameaux, l’on se prépare pour attendre ce jour spécial. Devant tant de frénésie et de ferveur l’on est tenté de se poser la question de savoir ce que recouvre cette célébration. Est-ce une fête qui tire son origine de la Bible ou, une autre célébration à la gloire de Satân ? La réponse à ces interrogations constitue la raison d’être de ce présent article qui ambitionne d’éclairer d’un jour nouveau la fête dite de la nativité.

Pour le commun des mortels, Noël c’est une fête d’origine biblique, la fête anniversaire de la naissance de Ieshoua Ha Mashiah (Cf. Jésus-Christ n’est pas Iéshoua HaMashiah). La réalité parait plus complexe. Noël est une fête d’origine païenne qui n’a rien en commun avec la Bible qui l’ignore complètement.

1. Noël, une fête non biblique

Nulle part dans le nouveau testament, il n’est fait allusion à Noël. Jamais Ieshoua ni à postériori aucun de ses disciples n’exprimèrent le besoin d’une célébration de sa naissance. Or, pourtant en ce qui concerne la célébration de la Pessah (la pâque) il est écrit : 

« Car j’ai reçu de l’Adon ce que je vous ai enseigné ; c’est que l’Adôn Ieshoua, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : « ceci est mon corps qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : cette coupe est la nouvelle bérit en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort de l’Adôn, jusqu’à ce qu’il vienne » (1 Corinthiens 11/23-26).

Ainsi, il a donné des instructions dont la trace écrite se trouve dans la Bible en ce qui concerne la commémoration des événements relatifs à sa mort mais il n’en a point été de même pour sa naissance. En fait, la mort de l’Adôn a plus de valeur que sa naissance qui semble être pour lui un détail. Il est écrit : 

« Les juifs lui dirent : Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! Ieshoua leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. » (Jean 8/57-58).

Si donc il est plus ancien qu’Abraham peut-on raisonnablement lui attribuer une date de naissance qui corresponde à la réalité ?

Si l’Adôn avait voulu qu’on célébrât sa naissance, lui ou ses disciples l’auraient clairement signifié.

En outre, la date du 25 décembre, qui est supposée être sa date de naissance, parait grandement fausse car voici ce que déclarent les écritures en ce qui concerne la naissance de l’Adôn Ieshoua : 

« Il y avait, dans cette même contrée, des bergers qui passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux » (Luc 2/8).

On le sait en terre d’Israël le mois de décembre correspond à l’hiver et pendant cette période, aucun berger, fut-ce -t-il des plus téméraires, ne peut dormir à la belle étoile. On le voit, la Bible n’est pas le livre qui a inspiré la fête de noël quel est donc l’origine de cette fête ?

2. Origine catholique de Noël

Les premiers méshihim n’avaient pas célébré la fête de Noël, une fête qu’ils n’ont jamais connu. La célébration de Noël remonte au 5ème siècle après l’intrusion de faux frères qui tels des vers ont opéré à l’intérieur de la kéhila pour son plus grand malheur.

« Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. » (2 Timothée 4/3-4).

L’action de ces faux docteurs va entraîner l’éclatement de cette kéhila primitive avec d’un côté les croyants authentiques qui vont refuser la compromission proposée par l’empereur Constantin et de l’autre ces croyants friands de déclarations agréables qui ont succombé au charme de la proposition de l’empereur. Le résultat fut que les croyants qui ont refusé la main tendue de Constantin vont rentrer dans la clandestinité quand ceux ayant accepté la compromission vont prospérer. La proposition de Constantin était que, païens et méshihim acceptent, au nom de la paix, un syncrétisme religieux connu sous la désignation d’église catholique romaine. Ainsi, par le truchement de cette église catholique mère de toutes les autres églises, les pratiques païennes vont se mélanger aux pratiques méshihiques. C’est ainsi que Noël fit son entrée au 5ème siècle. Mais la question qu’on est toujours en droit de se poser est de savoir quelle est la véritable origine de la fête de Noël ?

3. La véritable origine de Noël

Pour le chercheur pressé, qui se contente de lumière ténébreuse, la Noël est une fête biblique célébrée par les catholiques et qui s’est ensuite propagée dans toute la chrétienté. Mais, le chercheur sérieux qui va en profondeur ne tarde pas à découvrir que l’origine de la Noël est plus lointaine. Elle se situe dans la Babylone de Nimrod. Nimrod, petit- fils de Cham, était un habile chasseur dont le nom signifie rebelle. C’est cet homme devenu héros du fait de son habileté à chasser les animaux sauvages, qui va encourager les hommes à se défaire d’Elohim pour se choisir un autre être auquel ils devaient rendre un culte. Sa folie va le pousser à envisager la construction d’une tour dont le sommet devait atteindre le ciel. Ce Nimrod, va épouser sa propre mère Sémiramis et va connaitre une mort prématurée. A sa mort, sa mère épouse se mit à propager la doctrine de sa résurrection. Elle prétendit qu’un arbre adulte, éternellement vert, avait poussé en une nuit du tronc d’un arbre sec, symbolisant la naissance à une nouvelle vie de Nimrod. A chaque anniversaire de cette résurrection, disait-elle, Nimrod visiterait l’arbre éternellement vert et y déposerait des présents. C’est l’origine de l’arbre de Noël. (Source : http://abibleouverte.unblog.fr/2007/11/27/les-vraies-origines-de-noel/)

C’est elle qui va générer les autres pratiques qui tournent autour de Noël. Le 25 décembre était le jour anniversaire de la nouvelle naissance de Nimrod. De façon astucieuse, Sémiramis va se proclamer reine du ciel tandis que Nimrod devient le divin fils du ciel. Cette fausse religion va se répandre à l’issue de la crise de Babel qui occasionna la confusion des langues et la dispersion des peuples sur toute la terre. Ce culte de la mère et de l’enfant se répandit dans le monde entier sous des appellations diverses. Ainsi donc avant la venue de Mashiah la Noël existait déjà. C’est cette fête diabolique que le monde s’apprête comme chaque année à célébrer pour la gloire de Satân.

Au total, Noël est une fête célébrée chaque année à la gloire de Satân et pour exciter la colère d’Elohim. Que les hommes sachent à quoi ils s’exposent en s’engageant dans cette fête.

Le Scribe

primi sui motori con e-max