Reconnu dans le milieu chrétien comme l’homme des 95 thèses ou mieux comme le réformateur par excellence du christianisme, l’ex moine catholique Martin Luther est évoqué avec fierté par les adeptes du protestantisme en général et du luthérianisme en particulier. Toutefois, ses rapports avec les juifs et son œuvre constituent un bémol à cette réputation entretenue depuis des siècles. Des chercheurs aujourd’hui n’hésitent pas à mettre en cause l’homme qu’ils présentent comme un antisémite notoire et par- dessus comme l’inspirateur d’un certain Adolf Hitler.

La Bible nous présente deux types de joug:

  • Le joug d’Elohim : « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Matthieu 11/29-30)
  • Le joug de la servitude (Satân): « c’est pour la liberté que Ha Mashiah nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » (Galates 5/1)

La Bible est le livre juridique par excellence. De la Genèse à l’Apocalypse, le Droit jalonne les Ecritures. Il s’agit du Droit selon Elohim. Le psalmiste le confirme en ces termes: « Que mes lèvres publient tes louanges car tu m’enseignes  tes statuts » (Psaumes 119/171). Elohim lui-même s’appelle Malkitsédek (Roi de Justice).

Dans un ouvrage à paraître le 21 Février 2019 intitulé : « Sodoma : l’enquête sur l’omniprésence des homosexuels au sommet de l’Eglise », l’écrivain et sociologue français Frédéric Martel, l’auteur dudit ouvrage soutient que le Vatican a une communauté homosexuelle parmi les plus élevées au monde.

Dans  l’article précédent, nous avions présenté la fête de Noël comme étant d’origine païenne adoptée par l’église catholique avant de contaminer toute la chrétienté. Les concernés eux-mêmes reconnaissent le fait mais semblent le minimiser en déclarant que ce qui compte c’est l’intention. Ils vont plus loin en indiquant qu’on peut célébrer Noël quand on veut pourvu que cela soit fait en l’honneur du fils du Créateur de toute chose.